Press Comments

“une expérience unique et à renouveler le plus souvent possible.”

Luc Bouquet, review of La face cachée on Le son du grisli, 12 August 2009.

… des déambulations sonores du plus bel effet. Grouillements, fourmillements; les sons pullulent, tourbillonnent et balaient de vastes et denses prairies magnétiques où, parfois, se retrouvent où se devinent la source sonore initiale. … La face cachée, tel un labyrinthe où il fait bon se perdre et s’égarer, est une expérience unique et à renouveler le plus souvent possible.

“une œuvre introspective, riche et particulièrement plaisante.”

Éric Serva, “Tapage nocturne,” review of La face cachée on France Musique, 16 April 2009.

Sur [empreintes DIGITALes] je vous propose d’écouter un extrait du dernier album de David Berezan, musicien d’origine canadienne installé au Royaume-Uni en tant que directeur des studios de musiques électroacoustiques de Manchester. David Berezan a étudié à la faculté de Birmingham les musiques électroacoustiques auprès de Jonty Harrison, il a composé des œuvres pour instruments solos et ensembles, pour électroniques et instruments et pour électroniques solo, ainsi que des œuvres interdisciplinaires en collaboration. Il a remporté de nombreux concours et à reçu une liste très impressionnante de prix à travers le monde. Son nouvel album s’intitule La face cachée puisqu’il souligne deux facettes de la personnalité du compositeur qui se sont heurtées ou complétées dans son processus de création sonore. Une œuvre introspective, riche et particulièrement plaisante.

“… des compositions lumineuses et rythmées dédiées à des films imaginaires…”

“Mission,” review of La face cachée on Solénoïde 134 (22 June 2009).

Musicien canadien installé au Royaume-Uni, David Berezan sculpte des compositions lumineuses et rythmées dédiées à des films imaginaires dont chacun peut élaborer son propre scénario. Aussi, La face cachée dévoile des perspectives acoustiques variées, tirées par exemple des sons d’une bicyclette ou d’une chaîne métallique… des enregistrements habilement triturés qui résonnent jusqu’à provoquer de véritables feux d’artifices sonores…

“a successful record, notable mostly for the first (Cyclo) and last (Hannibal) pieces.”

François Couture, “Listening Diary,” review of La face cachée on Monsieur Délire, 13 July 2009.

This is this Alberta-born composer’s debut [disc] on empreintes DIGITALes. Berezan comes from academia and his acousmatic music perfectly fits the empreintes DIGITALes style. It’s a successful record, notable mostly for the first (Cyclo) and last (Hannibal) pieces. … Good sense of sonic movement and a flair for the aural image that will strike. I can feel Jonty Harrison’s influence, perhaps Gilles Gobeil’s too. Released in hi-fi stereo format on a DVD-Audio / DVD-Vidéo.